18 fevrier 2017
16 octobre 2016
16 octobre 2016
21 octobre 2016
15 octobre 2015

3 octobre 2015
15 Mai 2015

salon des commerçants et artisans

18 fevrier 2017

16 octobre 2016

16 octobre 2016

21 octobre 2016

15 octobre 2015


3 octobre 2015

15 Mai 2015


salon des commerçants et artisans

Belle en soie se met en scène

Le 11 et 12 Avril 2015 ,2ème édition pour Belle en soie du salon du Commerce et de l'artisanat . Une mise en scène particulière avec des perruques ,Chignons ,violoniste...Plus de 900 personnes se sont déplacés pour connaitre leurs commerçants et artisans...

Belle en soie se met en scène au salon de l'artisanat de Quesnoy sur Deule, le 31 Mars et 1 Avril 2012.

Ce salon regroupe tous les 3 ans, une partie des artisans et commerçants de la ville . Cette année, j'ai présenté le concept "belle en soie" en coiffant sur scène . Chignons de mariées, chignons artistiques, chapeaux, relooking..... La robe de mariée et de cocktail gris anthracite m'ont été prêtées par le magasin" SIGNATURE", styliste, à Armentières.Les chapeaux proviennent de "FINE &LINE" de Marcq en Baroeul, créatrice et modiste qui personnalise les coiffes selon l'évènement et votre tenue....

Les esthéticiennes ont réalisé un travail remarquable pour les maquillages . Nos métiers sont complémentaires et cela fut un vrai bonheur de travailler ensemble sur scène!

"Hespérie beauté "et" le paradis du bien être" à domicile et Beautélégance , institut rue Belle croix.

 

Nous avons comptabilisé  plus de 2000 entrées sur 2 jours.L' ambiance conviviale prouve la bonne cohésion entre professionnels et l'envie de présenter notre savoir faire.Le rendez-vous est déjà pris pour dans 3ans...



Octobre rose: à Quesnoy-sur-Deûle, elles restent belles malgré la maladie


Dans le salon de coiffure privatif de Laurence Lannoy , même atteintes d'un cancer, elles restent « des clientes, pas des patientes ».

Laurence a installé son salon privatif au rez-de-chaussée de son habitation, rue de Lille, où elle propose un accueil personnalisé.

C'est en juin 2001 que Laurence Lannoy a ouvert, à Quesnoy-sur-Deûle, un salon de coiffure pas vraiment comme les autres. Le lieu, privatif, permet à chaque cliente d'être reçue individuellement. Cela permet à la jeune femme d'accueillir et d'accompagner, entre autres, des femmes souffrant d'un cancer et d'une chute de cheveux provoquée par la chimiothérapie.

Laurence Lannoy se souvient comme si c'était hier du jour où l'une de ses clientes lui a annoncé souffrir d'un cancer. «  Je travaillais alors dans un salon traditionnel, sur la place d'Armentières, et j'étais très proche de cette dame qui s'inquiétait beaucoup de sa perte de cheveux. Et je me suis retrouvée impuissante puisqu'il était impossible de l'accueillir seule dans le salon. C'est dans un bureau que j'ai passé la tondeuse sur son crâne quand ses cheveux sont finalement tombés. Ce jour-là, on était deux à pleurer  »… Hantée par ce souvenir, il a surtout servi de déclic à Laurence Lannoy pour lancer sa propre activité. «  J'avais depuis longtemps envie de m'installer, mais il fallait trouver le concept qui fasse la différence, ce jour-là je me suis dit que j'ouvrirai un salon de coiffure privatif  », explique la jeune femme qui a déménagé pour cela à Quesnoy-sur-Deûle. C'est là, 97 rue de Lille, qu'elle a trouvé la maison permettant de concrétiser son rêve. C'est là que depuis 2011, dans un lieu qu'elle a conçu et aménagé comme «  une bulle  » pour ses clientes, qu'elle reçoit des femmes et aussi celles souffrant du cancer ou de toute autre pathologie et accident altérant la santé du cuir chevelu ainsi que les cheveux en eux-mêmes. Ici, tout est prévu pour une véritable détente et un «  accueil personnalisé, pour un instant de beauté mais aussi, d'écoute  ».

Pour les femmes atteintes d'un cancer, la séance débute toujours par un échange. «  Je dois en savoir plus sur leur traitement, où en sont-elles ? Souvent, elles me disent que le médecin les prévient que leurs cheveux vont tomber, point barre  », regrette Laurence Lannoy. Elle s'est donc formée pour hydrater au mieux le cuir chevelu, via des soins à la vapeur. Surtout, quand la cliente arrive avec une perruque achetée dans un magasin, elle la réajuste et l?adapte au mieux au visage. Malheureusement, l'action est limitée sur les perruques toutes faites. La Quesnoysienne proposera donc bientôt le concept de stylisme sur des perruques initialement prévues… pour le cinéma. «  La cliente pourra choisir la couleur de sa prothèse sur un méché, choisir le bonnet et/ou support de perruque et moi, je commande  ».

Coiffure sur perruque

Vingt-quatre heures plus tard, la perruque arrivera dans le salon de Laurence Lannoy où la cliente fera son choix «  dans un catalogue de coiffure, et non un catalogue de perruque. On ne sera plus dans la même démarche et j'essaierai de faire oublier la prothèse au maximum en créant sa coiffure sur elle. » Quant à ses clientes si particulières, Laurence conçoit aussi qu'elles ne fréquentent son salon «  que le temps de… en retournant ensuite à leur adresse habituelle  ». Ce que n'a pas voulu faire Claire (lire ci-contre).

Plus que d'autres, Laurence dit comprendre que la perte des cheveux soit perçue par nombre de malades comme «  une atteinte à leur féminité, c'est comme si on leur enlevait une partie de leur visage. Alors j'essaie de leur redonner leur identité en prenant soin de les considérer comme des clientes, pas comme des patientes  ».

Grand Lille TV

Edition du soir du 18/02/2016 début du reportage à 2 mn 25.
Edition du matin du 18/02/2016 début du reportage à 1 mn 40

La Voix du Nord parle de Belle en Soie


PUBLIÉ LE 14/03/2013 - MIS À JOUR LE 14/03/2013 À 02:15 Par La Voix du Nord

Dans son salon de coiffure privé Belle en soie, Laurence Lannoy propose des prestations personnalisées à ceux qui ont envie d'être cocoonés.
Laurence Lannoy a une passion depuis qu'elle est toute jeune, la coiffure. Après quinze ans dans des salons indépendants puis dix autres comme responsable de franchise, elle ouvre, en juin 2011, son salon privé, rue de Lille. À des horaires atypiques, elle accueille ses clients chez elle, de manière individuelle, pour se faire coiffer, mais aussi pour un relooking complet avec maquillage et recherche vestimentaire. Les couleurs apaisantes, l'éclairage tamisé, le fauteuil, la musique de fond et les produits utilisés font de ce lieu un espace de détente.

Pourquoi ce choix de salon privatif ?

« J'ai beaucoup appris en tant que responsable de franchise, le management, le marketing, le calcul des retours... Et j'ai pris confiance en moi. En parallèle, j'ai mis le doigt sur le fait que je coiffais de moins en moins et que je m'occupais de plus en plus de gestion de personnel. J'ai envie de faire mon métier ; pour moi, coiffer, c'est vital ! L'idée, c'était de prendre le temps pour ma clientèle, de lui apporter quelque chose en plus, de ne plus me retrouver avec une vitrine et des horaires formatés. Chez moi, tout est possible : appeler une heure à l'avance pour se faire coiffer ; me déplacer un dimanche pour un mariage, une communion... Je donne toujours un devis. J'écris beaucoup de commentaires sur ma fiche de suivi. À chaque séance, on prend le temps de voir ce qui a été, ce qui n'a pas été ; à chaque fois, c'est une remise à zéro. J'essaie de me positionner où mes collègues ne sont pas. »

Qui vient chez vous ?

« D'abord des femmes qui ont envie de ne pas attendre et d'être cocoonées ; d'autres qui avaient un problème de coloration et qui ont besoin de personnaliser leur couleur ; des ados qui se cherchent et même des enfants ; des personnes qui ont envie de changer de tête après un divorce ou la perte d'une personne chère, de futures mariées ; et aussi des personnes qui ont un problème de santé. Quand il faut enlever la perruque, ce n'est pas évident ! Elles ont un lieu où elles peuvent venir, où elles ne sont pas vues. Je leur prodigue des soins du cuir chevelu, des gommages... Il y a des liens qui se tissent. On parle de cheveux mais aussi de tout ce dont parlent les femmes. Il faut que cela reste un lieu de beauté pour oublier le côté médical.
Quand les cheveux repoussent, ils n'ont pas toujours la même texture, la même couleur ; on va reconstruire l'image, donner des conseils de maquillage et aller dans des magasins pour un relooking complet. »

Avez-vous d'autres projets ?

« Je vais participer à des concours de coiffure ; ça me permettra de communiquer avec d'autres, d'évoluer et d'aller chercher un titre. Je connais aussi quelqu'un qui fait de la coiffure stylisée sur perruque. Les perruques sont adaptées pour des personnes dont les cheveux commencent à repousser et qui peuvent ainsi retrouver leur propre style après leur maladie. J'aimerais suivre une formation de ce type. »  •  L. T. (CLP)
Belle en soie, 97, rue de Lille. Sur rendez-vous. Tél : 06 13 40 15 75.

Belle en soie se met en scène
<<<
>>>
Le 11 et 12 Avril 2015 ,2ème édition pour Belle en soie du salon du Commerce et de l'artisanat . Une mise en scène particulière avec des perruques ,Chignons ,violoniste...Plus de 900 personnes se sont déplacés pour connaitre leurs commerçants et artisans...

Belle en soie se met en scène au salon de l'artisanat de Quesnoy sur Deule, le 31 Mars et 1 Avril 2012.

Ce salon regroupe tous les 3 ans, une partie des artisans et commerçants de la ville . Cette année, j'ai présenté le concept "belle en soie" en coiffant sur scène . Chignons de mariées, chignons artistiques, chapeaux, relooking..... La robe de mariée et de cocktail gris anthracite m'ont été prêtées par le magasin" SIGNATURE", styliste, à Armentières.Les chapeaux proviennent de "FINE &LINE" de Marcq en Baroeul, créatrice et modiste qui personnalise les coiffes selon l'évènement et votre tenue....

Les esthéticiennes ont réalisé un travail remarquable pour les maquillages . Nos métiers sont complémentaires et cela fut un vrai bonheur de travailler ensemble sur scène!

"Hespérie beauté "et" le paradis du bien être" à domicile et Beautélégance , institut rue Belle croix.

 

Nous avons comptabilisé  plus de 2000 entrées sur 2 jours.L' ambiance conviviale prouve la bonne cohésion entre professionnels et l'envie de présenter notre savoir faire.Le rendez-vous est déjà pris pour dans 3ans...



Laurence Lannoy : Ambassadrice Solidhair
Article paru dans la Voix du Nord du 13/02/2016
Octobre rose: à Quesnoy-sur-Deûle, elles restent belles malgré la maladie


Dans le salon de coiffure privatif de Laurence Lannoy , même atteintes d'un cancer, elles restent « des clientes, pas des patientes ».

Laurence a installé son salon privatif au rez-de-chaussée de son habitation, rue de Lille, où elle propose un accueil personnalisé.

C'est en juin 2001 que Laurence Lannoy a ouvert, à Quesnoy-sur-Deûle, un salon de coiffure pas vraiment comme les autres. Le lieu, privatif, permet à chaque cliente d'être reçue individuellement. Cela permet à la jeune femme d'accueillir et d'accompagner, entre autres, des femmes souffrant d'un cancer et d'une chute de cheveux provoquée par la chimiothérapie.

Laurence Lannoy se souvient comme si c'était hier du jour où l'une de ses clientes lui a annoncé souffrir d'un cancer. «  Je travaillais alors dans un salon traditionnel, sur la place d'Armentières, et j'étais très proche de cette dame qui s'inquiétait beaucoup de sa perte de cheveux. Et je me suis retrouvée impuissante puisqu'il était impossible de l'accueillir seule dans le salon. C'est dans un bureau que j'ai passé la tondeuse sur son crâne quand ses cheveux sont finalement tombés. Ce jour-là, on était deux à pleurer  »… Hantée par ce souvenir, il a surtout servi de déclic à Laurence Lannoy pour lancer sa propre activité. «  J'avais depuis longtemps envie de m'installer, mais il fallait trouver le concept qui fasse la différence, ce jour-là je me suis dit que j'ouvrirai un salon de coiffure privatif  », explique la jeune femme qui a déménagé pour cela à Quesnoy-sur-Deûle. C'est là, 97 rue de Lille, qu'elle a trouvé la maison permettant de concrétiser son rêve. C'est là que depuis 2011, dans un lieu qu'elle a conçu et aménagé comme «  une bulle  » pour ses clientes, qu'elle reçoit des femmes et aussi celles souffrant du cancer ou de toute autre pathologie et accident altérant la santé du cuir chevelu ainsi que les cheveux en eux-mêmes. Ici, tout est prévu pour une véritable détente et un «  accueil personnalisé, pour un instant de beauté mais aussi, d'écoute  ».

Pour les femmes atteintes d'un cancer, la séance débute toujours par un échange. «  Je dois en savoir plus sur leur traitement, où en sont-elles ? Souvent, elles me disent que le médecin les prévient que leurs cheveux vont tomber, point barre  », regrette Laurence Lannoy. Elle s'est donc formée pour hydrater au mieux le cuir chevelu, via des soins à la vapeur. Surtout, quand la cliente arrive avec une perruque achetée dans un magasin, elle la réajuste et l?adapte au mieux au visage. Malheureusement, l'action est limitée sur les perruques toutes faites. La Quesnoysienne proposera donc bientôt le concept de stylisme sur des perruques initialement prévues… pour le cinéma. «  La cliente pourra choisir la couleur de sa prothèse sur un méché, choisir le bonnet et/ou support de perruque et moi, je commande  ».

Coiffure sur perruque

Vingt-quatre heures plus tard, la perruque arrivera dans le salon de Laurence Lannoy où la cliente fera son choix «  dans un catalogue de coiffure, et non un catalogue de perruque. On ne sera plus dans la même démarche et j'essaierai de faire oublier la prothèse au maximum en créant sa coiffure sur elle. » Quant à ses clientes si particulières, Laurence conçoit aussi qu'elles ne fréquentent son salon «  que le temps de… en retournant ensuite à leur adresse habituelle  ». Ce que n'a pas voulu faire Claire (lire ci-contre).

Plus que d'autres, Laurence dit comprendre que la perte des cheveux soit perçue par nombre de malades comme «  une atteinte à leur féminité, c'est comme si on leur enlevait une partie de leur visage. Alors j'essaie de leur redonner leur identité en prenant soin de les considérer comme des clientes, pas comme des patientes  ».

Grand Lille TV
Edition du soir du 18/02/2016 début du reportage à 2 mn 25.
Edition du matin du 18/02/2016 début du reportage à 1 mn 40
La Voix du Nord parle de Belle en Soie


PUBLIÉ LE 14/03/2013 - MIS À JOUR LE 14/03/2013 À 02:15 Par La Voix du Nord

Dans son salon de coiffure privé Belle en soie, Laurence Lannoy propose des prestations personnalisées à ceux qui ont envie d'être cocoonés.
Laurence Lannoy a une passion depuis qu'elle est toute jeune, la coiffure. Après quinze ans dans des salons indépendants puis dix autres comme responsable de franchise, elle ouvre, en juin 2011, son salon privé, rue de Lille. À des horaires atypiques, elle accueille ses clients chez elle, de manière individuelle, pour se faire coiffer, mais aussi pour un relooking complet avec maquillage et recherche vestimentaire. Les couleurs apaisantes, l'éclairage tamisé, le fauteuil, la musique de fond et les produits utilisés font de ce lieu un espace de détente.

Pourquoi ce choix de salon privatif ?

« J'ai beaucoup appris en tant que responsable de franchise, le management, le marketing, le calcul des retours... Et j'ai pris confiance en moi. En parallèle, j'ai mis le doigt sur le fait que je coiffais de moins en moins et que je m'occupais de plus en plus de gestion de personnel. J'ai envie de faire mon métier ; pour moi, coiffer, c'est vital ! L'idée, c'était de prendre le temps pour ma clientèle, de lui apporter quelque chose en plus, de ne plus me retrouver avec une vitrine et des horaires formatés. Chez moi, tout est possible : appeler une heure à l'avance pour se faire coiffer ; me déplacer un dimanche pour un mariage, une communion... Je donne toujours un devis. J'écris beaucoup de commentaires sur ma fiche de suivi. À chaque séance, on prend le temps de voir ce qui a été, ce qui n'a pas été ; à chaque fois, c'est une remise à zéro. J'essaie de me positionner où mes collègues ne sont pas. »

Qui vient chez vous ?

« D'abord des femmes qui ont envie de ne pas attendre et d'être cocoonées ; d'autres qui avaient un problème de coloration et qui ont besoin de personnaliser leur couleur ; des ados qui se cherchent et même des enfants ; des personnes qui ont envie de changer de tête après un divorce ou la perte d'une personne chère, de futures mariées ; et aussi des personnes qui ont un problème de santé. Quand il faut enlever la perruque, ce n'est pas évident ! Elles ont un lieu où elles peuvent venir, où elles ne sont pas vues. Je leur prodigue des soins du cuir chevelu, des gommages... Il y a des liens qui se tissent. On parle de cheveux mais aussi de tout ce dont parlent les femmes. Il faut que cela reste un lieu de beauté pour oublier le côté médical.
Quand les cheveux repoussent, ils n'ont pas toujours la même texture, la même couleur ; on va reconstruire l'image, donner des conseils de maquillage et aller dans des magasins pour un relooking complet. »

Avez-vous d'autres projets ?

« Je vais participer à des concours de coiffure ; ça me permettra de communiquer avec d'autres, d'évoluer et d'aller chercher un titre. Je connais aussi quelqu'un qui fait de la coiffure stylisée sur perruque. Les perruques sont adaptées pour des personnes dont les cheveux commencent à repousser et qui peuvent ainsi retrouver leur propre style après leur maladie. J'aimerais suivre une formation de ce type. »  •  L. T. (CLP)
Belle en soie, 97, rue de Lille. Sur rendez-vous. Tél : 06 13 40 15 75.

Perruques, prothèses capillaires:
Je vous reçois sur RDV en espace privatif puisque le salon "belle en soie" est un concept unique. J' ai aménagé un salon de coiffure de 20 m2 dans mon domicile donc pas de vitrine, pas d'autres clients et pas de collaborateurs....Vous et moi ,intimité totale! Je fais partie d'un réseau de professionnels et adhère au réseau de Francine Ladrière(reconnu par une charte et fournisseur agréés) qui me permet d'etre formée aux dernières tendances et technologies de bien etre et de stylisme sur perruques...La prothèse capillaire est une fatalité mais je mets tout mon professionnalisme pour vous rendre la plus belle et en adéquation avec votre style! Appellez moi et je me ferai un plaisir de vous expliquer, sans obligation, ce qu'est le stylisme sur mesure. La tarification ,les remboursements de la sécurité sociale,votre mutuelle... "Parce que nous sommes vues avant d'être entendues...." Il y a plusieurs années ,une de mes clientes du salon dans lequel je travaillais,s'est retrouvée confrontée à ce problème.Elle m' a demandé de l'accompagner pour le choix de sa prothèse ,m'a demandé de tout lui couper . Je l'ai suivi aussi dans sa repousse etc ,etc...J'étais frustrée de devoir le faire dans salon fermé pour éviter le regard des autres; Mais que de moments difficiles,éprouvants.Un grand salon vide n'apporte aucune détente,de repos...Mais un lien, très fort s'est tissé... Lili, s'en est bien sortie, tout a parfaitement repoussé et à terminé ses jours en maison de retraite. Quand je me suis installée, j'ai souhaité cette intimité pour prendre soin de la cliente et lui offrir un vrai moment à elle ,de femme ;Je lui en ai parlé et m'a soutenu dans ma démarche. Elle trouvait cela "épatant,tu as raison,c'est tellement difficile de se retrouver sans cheveux...." Alors ,tout naturellement, ce concept de stylisme sur perruque lui est dédié... Une vidéo de France 3 explique bien le concept...
Partager cette page